Oise : une plongée aux enfers 1|3

Nadège Lefebvre est la présidente du Conseil départemental de l’Oise.

Corinne Orzechowski est la préfète de l’Oise.

Nadège Lefebvre s’est rendue au centre routier de Froissy afin de faire un point sur les stocks de sel et le plan de viabilité hivernal.

Corinne Orzechowski conseille d’annuler les marchés de Noël cette année.

Corinne Orzechowski : «J’insiste également sur le contexte de risque attentats toujours en vigueur.»

Chanez Herbanne est conseillère régionale investie dans les problématiques des violences faites aux femmes.

Caroline Cayeux est maire de Beauvais.

Chanez Herbanne s’est glissée dans la peau d’une victime de violences à travers des clichés poignants pour la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes.

Le lancement de l’Observatoire des violences faites aux femmes et de l’égalité marque une nouvelle étape dans l’engagement de Caroline Cayeux et de l’équipe municipale.

Jean-Luc Valérie est un responsable de l’observatoire du loup.

Romuald Seels est le maire de Venette.

Romuald Seels a mis à l’honneur quatre agents municipaux.

Romuald Seels : «Sylvie Dauthencourt  est affectée essentiellement au service de l’état civil, elle possède une écriture exceptionnelle.»

Sylvie Dauthencourt a reçu la médaille de vermeil pour trente ans de bons et loyaux services.

Christelle Méresse est ATSEM (agent territorial spécialisé des écoles maternelles.

Christelle Méresse a également reçu la médaille de vermeil.

Romuald Seels : «Christelle s’est occupé de milliers d’enfants, aujourd’hui elle prend en charge leurs propres enfants.»

Angélique Piot est affectée à la comptabilité «et malgré cela a toujours le sourire».

Angélique Piot a reçu la médaille d’argent (vingt ans de travail).

Sylvain Nattier est le seul homme de la promotion.

Sylvain Nattier est agent technique au service de la voirie.

Sylvain Nattier aussi a reçu la médaille d’argent.

Romuald Seels attend une vingtaine d’exposants locaux pour le premier marché du terroir.

Romuald Seels : «Il y aura une calèche tirée par des chevaux avec, bien entendu, la présence du Père Noël.»

Alain Joffront, président du Lions Club de Clermont, annule le salon des antiquaires.

Alain Joffront : «On va devoir énormément réduire nos actions.»

Alain Joffront : «Avec l’argent récolté les années précédentes on a pu offrir des tablettes dans des EHPAD, des masques et des respirateurs en milieu hospitalier.»

Alain Joffront : «Nous maintenons le soutien aux aidants de malades d’Alzheimer.»

François Vercruysse est le responsable de la Communauté Emmaüs d’Erquery, qui vient de rouvrir ses portes.

François Vercruysse : «C’est un vrai soulagement, on a toujours eu de l’activité, mais la privation du contact humain a beaucoup pesé sur les compagnons.»

François Vercruysse : «Comme la période de Noël approche, on a transformé le coin vélos et bancs de musculation en quartier des décos de Noël.»

François Vercruysse souhaite poursuivre les efforts «sur l’aspect agricole afin que nous puissions atteindre une quasi autosuffisance avec notre propre production potagère.»

Frans Desmedt est président du Conseil communautaire du Plateau picard (CCPP).

Frans Desmedt : «Je propose d’accorder une baisse de loyer de 30% aux locataires de la maison de santé pluridisciplinaire du territoire, face à une forte concurrence et aux départs de médecins…»

Frans Desmedt propose d’exonérer l’entreprise AQLE à hauteur d’une année entière de ses loyers, soient 70 000 euros qu’il met en balance avec les «135 emplois à sauvegarder».

Frans Desmedt évoque enfin l’opportunité d’acquérir le bâtiment de l’ancien Lidl pour le destiner à l’implantation d’une pépinière d’entreprises, des services fiscaux et d’une salle de séminaire.

Damien Marié a 28 ans et est ingénieur en informatique.

Damien Marié veut se lancer dans les cantonales de 2021.

Damien Marié ne veut pas être candidat.

Damien Marié : «Je cherche deux personnes pour être candidats, pas des professionnels de la politique, l’idée serait de tirer au sort.»

Sandrine Dauchelle avait promis un audit financier des deux collectivités dirigées pendant deux mandats par son opposant Patrick Deguise.

Michel Roger n’est plus.

Michel Roger était ancien dirigeant du Parti communiste dans l’Oise, et ancien élu de Montataire.

Ouvrier typographe, Michel Roger adhère en 1949 au Parti communiste.

Les articles de Michel Roger sont nombreux dans la «Page de l’Oise» de l’Humanité-Dimanche.

Michel Roger était membre du vidéo-club de Montataire : Michel Roger avait à cœur de recueillir les témoignages des militantes et militants qui avaient participé aux luttes de l’époque.

Maire-adjoint, Michel Roger contribue aux projets d’amélioration des conditions de vie de cette ville ouvrière et populaire.

Thierry Aury rend hommage à Michel Roger.

Dans une petite brochure, Michel Roger témoigne de sa fidélité aux idéaux de sa jeunesse et de sa fierté de la famille qu’il a fondé avec Rosa son épouse qui partagea tous ses engagements.

Loïc Pen est médecin urgentiste au GHPSO Groupe hospitalier public Sud Oise.

Loïc Pen se montre très pessimiste sur l’avenir de l’hôpital de Creil.

Karim Boukhachba est élu à Creil.

Karim Boukhachba : «On est à la porte de la fermeture de l’hôpital public.»

Fabrice Martin est représentant syndical CGT à Creil et travaille à la morgue : «Aux urgences ils sont au bout de leur vie.»

Karim Boukhachba : «Les politiques d’austérité tuent à petit feu l’hôpital.»

Thierry Aury est secrétaire départemental du Parti communiste à l’initiative d’une conférence de presse virtuelle.

Loïc Pen : «On a vu la difficulté à prendre en charge les patients lors de la dernière vague de Covid.»

Karim Boukhachba évoque un «bassin de population qui souffre déjà d’un abandon social depuis la désindustrialisation.»

Loïc Pen est syndicaliste CGT, conseiller municipal à Nogent-sur-Oise.

Loïc Pen : «Les images sont décisives, si elles n’existaient pas, la parole des forces de l’ordre ferait foi.»

Catherine Dailly est conseillère départementale : «Ce n’est pas faute de réclamer des moyens supplémentaires pour que les forces de l’ordre puissent exercer leur métier dans de bonnes conditions.»

Karim Boukhachba est le troisième adjoint de la ville de Creil.

Karim Boukhachba : «Les citoyens doivent avoir confiance en leurs policiers.»

Loïc Pen, Catherine Dailly, Karim Boukhachba, Guy Friadt sont devant l’hôtel de ville de Creil en cette matinée ensoleillée pour marquer leur refus de ce qu’ils appellent «état policier».

Jacques Lapy est le gérant du bar Le Celtic.

La maire Nathalie Ravier «sort de sa réserve pour rétablir la vérité».

Nathalie Ravier rappelle les faits d’attroupements constatés par la police municipale devant le Celtic.

Jacques Lapy s’est endetté de 50 000 € à l’issue du premier confinement pour rétablir sa trésorerie.

Jacques Lapy a reçu à sa demande la confirmation écrite qu’il a le droit de vendre du café à emporter.

Jacques Lapy crie à l’insjustice suite à l’arrêté de fermeture administrative de son bar pris par la préfecture.

Jacques Lapy invite les Méruviens et internautes à venir signer une pétition au sein de son établissement.

Nathalie Ravier : «C’est un raccourci qui évite de considérer sa responsabilité personnelle.»

Jacques Lapy a fait appel à une avocate. 

Philippe Bidault : «Sans la licence IV nous devrons fermer la Maison de la presse.»

Pour les deux associés Patrick Rouchy et Philippe Bidault : «Il faut diversifier l’activité pour être rentable.»

Patrick Deguise, alors maire, s’était engagé à rétrocédé aux deux associés la licence IV du Balto, avec droit au tabac.

La nouvelle municipalité de Sandrine Dauchelle évoque deux arguments en défaveur des gérants de la Maison de la presse.

Le silence de la majorité inquiète Patrick Rouchy et Philippe Bidault.

«Si nous n’achetons pas la vente de tabac pour générer des recettes supplémentaires, la Maison de la presse risque de fermer à brève échéance», explique Patrick Rouchy.

Patrick Rouchy : «Notre fermeture impacterait aussi les autres commerces de proximité.»

«Chers collègues, le constat est saisissant. Il est précis», commence la présidente du Pays noyonnais Sandrine Dauchelle.

Après les conclusions de l’audit de la ville présentées en conseil municipal, Sandrine Dauchelle a présenté celles de l’audit financier de l’intercommunalité.

Patrick Deguise : «Cet audit ne nous apprend rien — en dehors de Joël Cottard…»

Joël Cottard était membre de l’exécutif de Patrick Deguise jusqu’à son élection au sein de l’exécutif de Sandrine Dauchelle…

Joël Cottard explique «découvrir» la situation financière de la collectivité.

Joël Cottard : «Sans polémiquer du tout, il y a une situation actuelle que je découvre alors que j’étais dans l’ancienne équipe…»

Sandrine Dauchelle : «Le niveau d’endettement est considéré comme alarmant et la capacité de désendettement est estimée à 24 ans…»

Joël Cottard : «deux mandats».

Joël Cottard : «Aujourd’hui je suis un peu paniqué parce que je me sens responsable…»

Patrick Deguise est l »ancien président de la Communauté de commune du Pays noyonnais (CCPN).

Patrick Deguise répète : «Il fallait porter la reconversion de ce site militaire (il accueillait le Régiment de marche du Tchad) de 47 hectares, de 60 000 mètres carrés de chaume mais avant que ce campus économique ne produise des richesses, il nous a tout de suite coûté 400 000 euros par an, en chauffage, en gardiennage, en électricité, en tonte…»

Joël Cottard : «J’ai pensé donner ma démission à la présidente parce que je me sens coupable d’en être arrivé là.»

Les auditeurs du cabinet parisien Ernst & Young expliquent que le site ne génère pas assez de recettes de loyers et que ceux perçus ne parviennent pas à couvrir les charges de fonctionnement du site.

Joël Cottard : «Est-ce qu’il fallait laisser Inovia en ruines ?»

Sandrine Dauchelle : «Je tiendrai la ligne de ne pas augmenter les impôts directs de la CCPN sur les habitants de notre territoire.»

Fadoua Boudrouss, membre de l’association des parents d’élèves : «Les masques ne devraient plus être portés par les enfants scolarisés en primaire.»

Arnaud Dumontier est le maire de Pont-Sainte-Maxence.

Olivier Robert est responsable de la Ligue de Protection des Oiseaux pour l’Oise.

Arnaud Dumontier a le projet de désenclaver le quartier des Terriers en ajoutant une seconde voie d’accès.

Olivier Robert : «Il s’agit d’un site exceptionnellement riche.»

Olivier Robert : «L’utilité de cette route n’est pas démontrée.»

Olivier Robert : «Le nombre d’individus de chaque espèce est très largement sous-évalué.»

Ganaël Sallien est militant écologiste.

Ganaël Sallien a vu rouge en découvrant un permis de construire sur un terrain situé sur les Hauts-de-Margny.

Bernard Hellal confirme : «Un permis de construire a été accordé pour l’installation par Etam d’une unité de stockage sur les 1314 hectares d’une ancienne friche militaire.»

Bernard Hellal est le maire de Margny-lès-Compiègne.

Bernard Hellal, maire : «Nous avons demandé une étude comparative sur le trafic routier et le volet environnemental, finalement Etam a renoncé.»

Bernard Hellal, maire : «Il s’agit d’une zone économique et il faudra bien en faire quelque chose.»


Toutes les sources du texte recomposé ci-dessus se trouvent dans Oise Hebdo n°1396 du 2 décembre 2020.

Une réflexion sur « Oise : une plongée aux enfers 1|3 »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s