04|10

Je suis entourée de monstres… C’est arrivé avec la nuit ou du ciel… complètement retombé. Le jour se fait là-dessus. Je sors un pied… Ils sont là… cois. Ne bougent pas. Ils se tiennent cois. De tailles, de volumes, d’aspects divers. Les caractères variés. Physionomies… Rien ne bouge. Remue le petit doigt, je me dis : Anatomies… Rien. Je jette un œil… Pas un bruit. La rumeur routière seulement, tient lieu de silence. Les monstres… un peu tassés, de travers, renversés… m’environnent, se pressent autour. On dirait comme toute une vie déversée là, dans le sommeil de ces choses. Ma vie entourée de monstres… — Alors je suis en vie… Encore cette fois… Rangement, living, convertible, éventrement, carcasse, machine à laver… C’est toujours ça… Mais il y en a de tout petits aussi, non seulement petit électro-ménager mais… un peu tordus, à l’envers : retournés… Un mot n’y suffirait pas : à dire ce que c’est. Un épouvantail ne s’y retrouverait pas. Imaginez… Le plein des curiosités. Nouvelles arrivées et leurs nouvelles venues : A I R S U P P L Y, je lis, car je sais lire, tout se lit, tout le monde, les monstres entre eux se lisent, se dévisagent, se défigurent… Sagement. Ainsi je suis confirmée dans mon allégation : tout ça est arrivé en l’air. Le fragment déroulé de tissu noir est froissé et imprimé et à l’endroit de ses trois participes passés les caractères se déchiffrent et dans les faits ça fait des mots, je peux donc dire que c’est écrit — je traduis : approvisionnement aérien et m’en étonne — pour du matériau d’isolation de toiture car je m’y connais — mais pas plus que ça, depuis le temps… Je lis, je suis, encore, avec un doigt — car il y a encore un doigt, ou, non… un DooWap emballage individuel aux pépites de… oh c’est petit petit, je ne lis pas la suite, j’ouvre l’œil, le mauvais, le décomposé — le dernier. Imaginez le petit coin de nature : le dépôt sauvage est sage, complètement retombé… Imaginez… Imaginez encore l’aspect d’une toiture emportée, rien à sa place : écrans d’habillage de sous-toiture, pannes, lattis ou liteaux et voliges, lambris de sous-face de toit et le désordre est complet : un de ces crashes aériens comme il y en a — ne tombent même pas de haut… Je fais ça chez moi ? Est-ce que je me crois chez moi ? Est-ce qu’il n’y a pas un peu trop d’aise là, de ma part ? Je ne prends pas un peu trop mes aises dans les monstres ? Et ça ne se voit pas ?? Làà… Les monstres me regardent…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s