Elle tient au rétroviseur comme à la respiration. Bien qu’il ne lui renvoie aucune image, étant vide de miroir, il est comme sa respiration. L’image. Elle se calque sur lui. Lui, lui fait une respiration. Il lui en tient lieu. — Perdre un poumon déjà, je ne vous dis pas… Elle ne dit rien. — Quand vous le voyez se remplir d’eau… Toute à son souffle. — La panique… Demeure silencieuse. — La panique vous prend… Flottante tendue. Elle ne parle pas. Ne bronche pas. — Quand vous voyez chaque jour qu’il se remplit un peu plus… Chaque jour que l’hiver fait… Se tient dans le silence. — Quand vient le moment qu’il va déborder… parce qu’un moment venu il en a ras la gueule ouverte, de l’eau des précipitations…
.
.
Il y a l’animation de l’instant. Elle a l’animation de l’instant. Elle en a le tremblement. Le frisson. Le frissonnement de l’instant quand il vient… — Quand l’instant vient… Elle dit ça elle ne dit rien. Toute à son souffle demeure silencieuse. Flottante tendue. Sans un bronchement seulement le souffle, un peu grave, un peu coupé, d’une respiration, elle s’y tient. Dans le silence. Branle mais tient. Tient quelqu’un là. — Quelqu’un ? Enfin… seulement une main… Alors on a l’image d’une main — c’est encore ça comme image…C’est une image qui vient prendre le rétroviseur et le vider de son eau : la terre dessous boit l’eau dans le plus grand silence. Qui est celui d’une respiration… Cela dure 8 bonnes secondes, tremblées. Au bout des 8 secondes elle est coupée.
.
.
Elle ne tient à rien d’autre. Ce n’est pas rien, un rétro, mais un trophée. Ce n’est pas tous les jours. Elle ne peut pas. L’abandonner, le laisser. L’oublier. Encore une fois. Elle ne peut pas le laisser tranquille. Elle n’est pas bougée, mais tremble… Sans une main cette fois… Elle ne se tient, elle ne s’accroche à rien, d’autre qu’à lui, elle ne se tient nulle part. Au dessus de lui seulement, d’une hauteur d’un demi-homme, un quart d’homme, avec sa concentration, sa retenue. C’est toute la retenue de l’image, sa réserve, et son seuil — la retenue qu’une image seule vous fait sentir : comme vous êtes retenu… Cherche-t-elle le rétroviseur, à le faire léviter ? Le charmer ? Comme suspendue, pendue à l’instant. Comme on est ou demeure suspendu à des mots. Il ne lui reste que lui. Il ne lui en reste qu’un. Elle ne le lâchera pas. Au bout des 8 secondes l’image se boucle, cette fois…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s