Il est à l’image. L’image flotte au dessus du rétroviseur. Du rétroviseur il ne reste que la coque, la coque est vide. De l’humus en formation dedans, un fond de flaque. L’image tremble. Son tremblement, c’est de se tenir là. Il lui vient de là. Elle, se tient flottante, et stationnaire au dessus du rétroviseur, et le fixe. Lui, il est épinglé à l’image, parmi le lierre terrestre, vert et qui frémit. L’image ne sourcille pas — par moment un voile seulement. L’image se voile.


… Le rétroviseur. Rattaché à rien. Qu’à l’image. La couleur s’en est ternie, comme floquée. La coque ébréchée, feuilles, faines, glands, leur virage au noir, terre en formation au fond d’elle, se fondant au noir intérieur de la coque plastique. Le plastique fondu là, à l’endroit de l’attache, lui imprime forme humaine : de cœur. Charnelle. D’un poumon. L’aspect ou l’anatomie d’un cœur. Avec une respiration…


On a la sensation, là. D’où vient la sensation ? L’image tremble. D’un tremblement qui est inquiétude, fébrilité, on ne sait pas. Un effort. Avec une respiration… On ne sait pas d’où elle vient à l’image, comme en-dessous du niveau de l’image — son volume s’entend… Ou flotte-t-elle au dessus, au contraire ? D’où vient cet effet-là ? Il y a quelqu’un… Un voile par endroit vient, un évanouissement instantané du contraste vient à l’image comme un étourdissement bref, un rayonnement, aussitôt reparti. Elle, demeure. Elle ne désarme pas. L’image. Toute sa définition pour rendre le rétroviseur, mobilisée, le rétro extérieur latéral arraché. Tombé là. Dans cette tension. Dans l’impact qu’il a.


… Il vous tient là. Ou c’est elle. C’est elle qui tient là. Quelqu’un. L’équilibre, entre l’image et le rétroviseur, est précaire. Il y a un effort, de vision, il y a une tension. Respiration ? Quelque chose passe, à l’image, quelque chose entre lui et l’image, quelque chose se passe — ou s’échange ? On ne sait pas. Qu’est-ce qu’il y a ? À part le rétro… Le rétroviseur tient net là son contraste saisissant au seuil de la lumière rasante. L’image est là… se tient sur le seuil. Elle branle mais tient. Immobile et non stable, l’immobilité de quelqu’un. Quelqu’un est tout à l’image, au tremblement cela se sent : tout l’effort pour se tenir coi. Cela ne dure que 8 secondes, plan fixe. 8 secondes et l’image se coupe.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s