Un bois pour personne

Il n’est un bois dans la tête de personne. On le voit sans volume. Il ne préoccupe personne. On ne l’imagine pas. Le bois pousse sans un regard. Personne ne vient voir. Qui soupçonnerait un bois ? Que ça prendrait cette proportion, dedans… et cette gravité, là… Pourquoi moi ? Pourquoi venir ? Entrer, dans un bois, est-ce le mot ? Est-ce tomber ? On n’ose dire : là-bas — on le voit cependant qu’il est au fond — et en même temps : au ciel… Disons qu’il est à l’horizon… Il est d’une couleur brune à l’horizon, une ligne ou un trait, espèce de barre — mais nuageuse : un front. — D’accord pour un front — sauf qu’il est en arrière-plan. — Un fond, alors… Il est un horizon comme il en est d’autres : visible. Et clôture du champ de vision. Et c’est parce qu’il est visible, toujours, et qu’il est l’horizon, qu’il n’est une pensée pour personne. Il est toujours là. L’horizon ne bouge pas. Il ne vient à l’esprit de personne… Pas d’épaisseur. Il n’est un bois — c’est-à-dire un peu de la forêt ! — pour personne. Les occupants des maisons, en bas. En bas les maisons ont leurs fumées de feu de bois et il n’est pas plus que ça, vu d’en bas, banc d’une fumée s’élevant pour personne — qui se chauffe à la fumée ? La nouvelle cantine, les logements pour personnes âgées, l’installation de vidéosurveillance, de la fibre… la vie de la commune se déroule sous ce front bas. S’il était des nuages, ciel d’orage il serait. Orage qui s’éloigne — c’est tout ce qu’il sait faire…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s