Rendez-vous avec l’air

… L’air, je le respire… J’habite Verberie. Derrière le cimetière. Derrière le stade. De la salle de bains, sous le toit, le drapeau du cimetière militaire me montre le sens du vent. Ou son absence… J’aime, son absence. Je cours en toutes conditions, toute combinaison de conditions météo comporte son charme, chacune a son agrément — le mien : l’air est irrésistible. L’attraction de l’air… Je me prête aux côtes, aux descentes (et il y en a !), aux faux-plats des chemins et à leurs flaques, ornières de boue, silex saillants… aux dénivelés, aux accidents… aux sentes et coulées diverses (je passe où un renard passe), aux champs (les plus longs…), aux parkings (même les samedis), aux zones (le dimanche surtout), aux accotements… Aux forêts (marécageuses…). Aux bois. À partir du moment où tu cours tu prends tout ce qui vient. Mais le vent… J’ai toujours du mal avec le vent. Alors je cours avec le vent. Autant que possible… Je cours autant que possible. Quotidiennement. Avec le temps, ce n’est plus courir. C’est un rendez-vous avec l’air. C’est respirer. Le grand bain d’air. Je cours ça, cette naissance (la détresse des premières respirations, premiers shoots d’air) je me l’accorde chaque jour. C’est le dehors, le pénétrer. La fenêtre s’ouvre le dehors prend… Ça c’est mon dernier Instant, je l’ai prise — la photo — du velux ouvert sous le toit sur les haies des jardins, le drapeau flotte au fond — je l’ai aussi en vidéo… La fenêtre s’ouvre le dehors prend #outdoor #runaddict #airplay #air Que la fenêtre soit ouverte… suite et le dehors me prend #oise #belleoise Que je me mette à courir et les mots me prennent tout autant que l’air, mots soufflés dans l’air #breathtaking Que je sorte courir et les mots se prennent, comme mes jambes à mon souffle pendues, à mon cou @passionrespiration #courttoujours Suis mon lien dans ma bio. Les vents dominants m’apportent là la rumeur précise comme une alarme du trafic de la LGV Nord et de son viaduc. Instantanément. Le mot biocorridor… J’y viens… Le mot me vient… J’y pense… C’est vrai ça !? Biocorridor… Je n’avais jamais entendu parler de ça, je n’avais jamais entendu ce mot avant… C’était… Avant que tout Verberie ne parle de ce projet de centrale thermique à gaz, tous les environs s’étaient emportés contre cette centrale électrique au haut de la côte sous les vents d’ouest. C’est enterré, en tout cas ça n’a pas vu le jour. Seules quelques bannières Non flottent encore au vent, que plus personne ne voit, moi je les lis, cela semble déjà si loin — ça c’est comme perdu dans le temps… Je cours et alors je te parle — mais c’est en l’air. On est d’accord ?… Tu es en train de traverser mon corridor biologique… Partage ma passion pour l’air Ici … Embarque-toi aussi Là …

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s